Pensées intrusives : comment les reconnaître et les gérer

Que sont les pensées intrusives et comment les reconnaître? Quels facteurs les déterminent et quelles stratégies peuvent être mises en pratique pour tenter de les gérer au mieux et les garder sous contrôle?

Voici ce qu’il faut savoir.

Que sont les pensées intrusives ?

Avec la définition de « pensées intrusives » fait référence à cet ensemble de pensées qui surgissent soudainement et de manière inattendue dans l’esprit d’un sujet et que provoquer de l’anxiété, angoisse ou peur.

Il s’agit de pensées involontaires qui, contrairement à d’autres, ils se réparent et laissent chez ceux qui les ressentent des sentiments de frustration et d’anxiété qui, dans certains cas, entraînent avec eux la peur de ne jamais pouvoir s’en libérer et avoir en quelque sorte « tort ».

Typique exemples de pensées intrusives ce sont par exemple :

  • la peur incontrôlée et soudaine que quelque chose de grave pourrait arriver;
  • peur de tomber maladece qui conduit souvent à un lavage excessif des mains ou à un fort sentiment d’anxiété face aux pathologies ;
  • la peur d’avoir comportements d’automutilation;
  • pensées suicides intrusif;
  • la peur de être capable de nuire à autruimême involontairement ;
  • tapez des pensées sexuel (actes sexuels violents, illégaux, non consensuels ou considérés comme tabous, etc.) ;
  • Le doute d’avoir commis des actes pécheurs ou qui vont à l’encontre de la morale ;
  • Le peur de ne pas mériter l’amour de votre partenaire ou d’être trahi de là (des pensées intrusives et dénuées de sens se manifestent même s’il n’y a rien de concret qui pourrait suggérer une trahison) ;
  • l’obsession de avoir fait quelque chose de mal ou que tu as fait une erreur.

Généralement, les pensées de ce type sont associé à des sentiments négatifscomme l’anxiété, la peur, l’angoisse et la paranoïa, et ils peuvent être très difficile à gérer.

D’ailleurs, lorsqu’ils viennent interférer avec la vie quotidienne, ils peuvent amener le sujet à mettre en œuvre des dieux. comportements obsessionnels qui conduisent à DOCUMENTou la Trouble obsessionnel compulsif.

Qui plus est,, dans de nombreux autres cas, ce type de réflexion est associé à des troubles mentauxanxiété, dépression, trouble de stress post-traumatique Et troubles de l’alimentation.

Comment reconnaître les pensées intrusives

Tous les êtres humains sont sujets à l’apparition de pensées intrusives plus ou moins angoissantes et, dans la mesure où elles ne gênent pas la vie quotidienne, elles sont tout à fait normales.

Ils peuvent se rapporter à la fois le passé et quelque chose qui va encore arriver et ils sont facilement reconnaissables car ils apparaissent complètement inattendu et je suis très difficile à contrôler.

Entre caractéristiques principales qui les distinguent sont :

  • vitesse avec lequel ils surviennent et le fait qu’ils sont inattendus ;
  • Je suis persistant et, par conséquent, difficile à éliminer ;
  • leur contenu peut être conservé inhabituelparfois pénible;
  • en raison de leur nature susciter des inquiétudes chez ceux qui les vivent ;
  • Je suis inquiétant Et générer des sentiments négatifs;
  • Je suis récurrentc’est-à-dire qu’ils reviennent plusieurs fois au fil du temps ;
  • Je suis difficile à chasser;
  • ils amènent avec eux reflets ou questions inconfortables cela insinue des doutes sur le sujet ;
  • ne sont pas associés à une action directe e ils ne sont jamais mis en pratique.
Lire aussi  Comment Aider une Personne Atteinte du Syndrome de Diogène ?

Avoir des pensées intrusives est très communMais ce qui fait la différence, ce sont les conséquences qu’ils entraînent.

S’ils deviennent une sorte d’« obsession fixe » et provoquent chez le sujet une angoisse, un stress et une anxiété si forts qu’ils interfèrent avec l’activité quotidienne, alors il est approprié enquêter sur la cause et demander conseil à un professionnel.

Les causes des pensées intrusives

Le causes Il existe diverses raisons derrière l’apparition de pensées intrusives, mais il a été constaté que ceux qui souffrent le plus de l’étendue et de la fréquence de ce problème sont les personnes qui souffrent de Trouble obsessionnel compulsif (DOC), par Trouble de stress post-traumatique et fort anxiété généralisée.

Dans le premier cas le sujet met en œuvre comportements répétitifs visant à garder l’anxiété sous contrôle et pour éviter l’apparition de dangers hypothétiques, alors que dans le syndrome de stress post-traumatique, des pensées intrusives peuvent survenir sous la forme de flashbacks d’épisodes pénibles et peut être accompagné de symptômes physiques (tels que tachycardie Et tremblements).

Très souvent l’anxiété et les pensées intrusives sont étroitement liées car la peur qu’un certain événement se produise déclenche des intrusions obsessionnelles chez la personne qui mettent à rude épreuve la vie quotidienne de ceux qui souffrent de ce problème.

Également Le lien entre les pensées intrusives et la dépression est très profond car ils peuvent aggraver les symptômes de cette maladie et rendre encore plus difficile pour la personne de mener une vie riche et active.

Il semble que dans certains cas, les pensées intrusives puissent avoir un effet prédisposition génétique et une certaine corrélation familiale, ils pourraient en outre être influencés par fluctuations hormonales comme cela arrive par exemple lors de la période de grossesse Et du post-partum.

Quel est le lien entre les pensées obsessionnelles et le trouble obsessionnel compulsif

Bien qu’ils soient étroitement liés, il est important d’en exploiter un distinction entre les pensées intrusives et les obsessions causées par le trouble obsessionnel compulsif.

Dans les deux cas, les pensées formées ont une forme et un contenu similaires, surgir de manière inattendue et ils reviennent sans cesse dans ma tête, sans que le sujet puisse les supprimer ou en avoir le contrôle.

Il existe cependant un différence fondamentale entre les deux conditions: les pensées intrusives qui apparaissent chez un sujet sain, en effet, ils n’ont pas un tel impact handicapant sur sa vie quotidienne et ils ne compromettent pas la sphère sociale, travail ou famille.

Bien que dans les deux cas les pensées soient incontrôlables et pénibles, cela change la manière dont le sujet les interprète et les gère.

Chez les personnes souffrant de TOC, les pensées intrusives sont un déclencheur du trouble et contribuent à le maintenir actif et présent : le malade met en œuvre une série d’actions fonctionnelles qui se caractérisent par être compulsif et répétitifprécisément dans le but de mettre un terme à ces réflexions.

Lire aussi  Essayez le 'Câlin Papillon' lorsque vous avez besoin de vous calmer

Comment gérer les pensées intrusives

Les pensées intrusives et l’anxiété sont souvent les deux faces d’une même médaillecependant, dans la gestion de ce type de contenu mental, beaucoup dépend de la manière dont le sujet réagit.

Dans une certaine mesure, ils sont en fait normaux et s’ils ne surviennent que sporadiquement sans compromettre la vie quotidienne de la personne et sans provoquer d’angoisse excessive, ils sont considéré comme normal.

Lorsqu’ils restent gérables et non handicapants, il est important apprendre à les accepter et ne leur accordez pas trop d’importance, en essayant de garder à l’esprit qu’ils ils ne définissent pas la valeur ou le caractère d’une personne.

Comprendre comment les laisser partir et les accepter représente le plus grand défi et en cela une grande aide vient de pratiquer la pleine consciencequi apprend à être attentif au moment présent sans juger ses pensées, même si elles peuvent parfois être difficiles à supporter.

Si ce type de contenu mental n’entraîne pas de troubles obsessionnels ou de troubles anxieux, il est Il est possible de les garder sous contrôle en appliquant ces solutions:

  • quand ils apparaissent, essayez de les analyser mais sans leur donner une valeur négativemais simplement en prenant acte de leur présence ;
  • dès qu’ils se présentent, redirigez votre attention vers autre chose;
  • Essayez de identifiez vos émotions;
  • pratiquer des activités telles que méditationqui vous aident à vivre l’ici et maintenant sans trop laisser votre esprit vagabonder ;
  • pratiquer des activités relaxantes J’aime ça yogacapable d’activer une plus grande activation entre l’esprit et le corps ;
  • évitez de vous surcharger de stress physique et mental;
  • ne détournez pas votre attention de la pensée intrusive mais comprendre quelle est votre humeur à ce moment-là.

Que faire en cas de pensées intrusives invalidantes

Quand les pensées intrusives deviennent intrusif et si fréquent au point de gêner les activités quotidiennes, il est alors conseillé demander conseil à un professionnel.

Des résultats utiles ont été obtenus grâce à thérapie cognitivo-comportementalequi aide à reconnaître la nature des contenus mentaux et à mettre en pratique une action de reprogrammation cognitive.

À vrai dire, lorsqu’une pensée négative apparaît, l’esprit a tendance à créer des liens et à attribuer un certain sens à ce contenu : apprendre à reconnaître ses émotions (anxiété, honte, culpabilité, etc.), il sera possible de comprendre comment cette pensée n’est pas une menace réelle, mais plutôt la conséquence d’un certain état d’esprit.

La thérapie cognitivo-comportementale aide à identifier les pensées et associez-les à de nouvelles significations et interprétations.

Ce n’est que dans les cas les plus graves que les pensées intrusives peuvent être maîtrisées en prenant drogues.

Médicaments, à proposer toujours en combinaison avec une thérapie psychologique incluent généralement ce qu’on appelle inhibiteurs sélectifs de la recapture sérotonine (ISRS) ils antidépresseurs tricycliques (tels que clomipramine).

Laisser un commentaire