Trouble dysphorique prémenstruel : c’est ça !

Le Trouble dysphorique prémenstruel (PMDD ou PMDD) c’est un condition médicale qui est considéré la forme la plus grave du syndrome prémenstruel (SPM ou PMS).

Ces symptômes vont au-delà des inconforts normaux associés au cycle menstruel et ils peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie des femmes.

Voyons-en un ci-dessous approfondissement à propos de ce trouble, à propos causes allez comment pourrait-on intervenir pour l’atténuer.

Trouble dysphorique prémenstruel : qu’est-ce que c’est

Le trouble dysphorique prémenstruel est une condition médicale caractérisée par symptômes physiques et psychologiques significativement graves et débilitants qui se produisent pendant la phase lutéale du cycle menstruel typiquement avant le début des règles.

En fait, cela coïncide avec le déclin œstrogènes qui se produit à la fin du phase ovulatoire du cycle menstruel.

On définit communément « anxiété » ou Pré-cycle « nervosité ».mais en réalité il faut toujours garder à l’esprit que le cycle menstruel est la période allant du premier jour de la menstruation au premier du suivant pendant le flux menstruel est l’ensemble des jours du mois au cours desquels la perte de sang apparaît.

Ce trouble peut avoir un impact significatif sur la vie d’une femme interférant avec les activités quotidiennes, le travail et les relations interpersonnelles.

Le diagnostic nécessite un évaluation complète des symptômes par des médecins spécialistes et son Il est important d’exclure d’autres conditions qui pourraient provoquer des symptômes similaires.

Le traitement peut impliquer approches pharmacologiques et psychologiques comme, comment thérapie cognitivo-comportementale ou thérapies hormonales.

choix du traitement ça dépendra gravité des symptômes et donne-leur besoins spécifiques de la personne.

Trouble dysphorique prémenstruel : symptômes

Les symptômes les plus courants associés à ce trouble sont :

  • sautes d’humeur marquées, telles qu’une tristesse soudaine ;
  • une forte colère, irritabilité augmentation des conflits interpersonnels ;
  • humeur nettement déprimé et une autocritique constante;
  • sentiment d’anxiété et des tensions accompagnées de crises de pleurs ou de besoin de pleurer ;
  • diminution de l’intérêt pour les activités habituelles, ce qui peut entraîner un isolement social ;
  • difficulté à maintenir sa concentration;
  • faible énergie, sensation de fatigue prolongée, fatigue, léthargie;
  • changements marqués d’appétit, avec désir possible d’aliments spécifiques ;
  • insomnie ou des formes graves de hypersomnie;
  • des symptômes physiques tels que ceux du syndrome prémenstruel, comme des douleurs mammaires.

Trouble dysphorique prémenstruel : les causes

Le causes du trouble dysphorique prémenstruel ne sont pas entièrement compris mais on pense qu’ils sont multifactoriels et impliquent un combinaison de facteurs biologiques, psychologiques et environnementaux.

Lire aussi  Faites-vous de l'exercice pour votre santé mentale ou pour fuir vos problèmes?

Certains des facteurs qui peuvent contribuer inclure:

  • fluctuations hormonales: Les changements dans les niveaux d’œstrogènes et de progestérone au cours du cycle menstruel peuvent affecter le système nerveux central ;
  • neurotransmetteurs: des altérations de la régulation des neurotransmetteurs, comme la sérotonine, peuvent affecter l’humeur et contribuer aux symptômes dépressifs et anxieux ;
  • facteurs génétiques: Il existe une composante génétique au trouble dysphorique prémenstruel. En fait, les femmes ayant des antécédents familiaux de TDPM peuvent être plus susceptibles de développer cette maladie ;
  • facteurs psychosociaux dus à stresser: L’environnement et les facteurs de stress psychologiques peuvent jouer un rôle dans l’exacerbation des symptômes. Des niveaux élevés de stress peuvent affecter négativement la réponse du corps aux fluctuations hormonales ;
  • mode de vie: certains comportements liés au mode de vie peuvent influencer les symptômes. Par exemple, fumer ou suivre un régime riche en sucre et en glucides peuvent contribuer à aggraver les symptômes, tandis que l’exercice régulier peut avoir des effets positifs ;
  • facteurs psychologiques: Des événements stressants de la vie, des traumatismes passés ou des facteurs psychologiques peuvent contribuer à l’aggravation de la maladie.

Il est important de souligner que La recherche sur les causes de ce trouble est en cours et que jela condition peut varier considérablement d’une personne à l’autre.

Nous devons encore comprendre les causes et les mécanismes sous-jacents au PMDD avec davantage de littérature scientifique afin de développer des traitements plus efficaces.

Le diagnostic du trouble dysphorique prémenstruel

diagnostic du trouble dysphorique prémenstruel nécessite une évaluation complète des symptômes et le leur impacts sur la vie quotidienne des femmes; Le participation de spécialistes un gynécologue c’est un personnage qui travaille dans le domaine psychologique est recommandé pour déterminer un plan de traitement approprié.

Ci-dessous ici quelques étapes courantes qui pourraient être suivies pour arriver à un diagnostic.

Évaluation des symptômes

Le professionnel de la santé mentale examinera soigneusement les symptômes rapportés par la personne: Il est important d’identifier la présence de symptômes émotionnels, physiques et comportementaux.

Enregistrement des symptômes

La personne peut être encouragée à tenir un journal de ses symptômes pour enregistrer les changements d’humeur, les symptômes physiques et d’autres aspects liés au cycle menstruel pendant au moins deux cycles consécutifs.

Lire aussi  Les avantages de passer par Algées Thérapie pour une séance d’hypnose

Exclusion d’autres conditions

Certaines conditions médicales peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux du PMDD.

Il faut donc exclure, avec l’aide d’un gynécologue d’autres conditions, telles que troubles de l’humeur, syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), endométriose ou troubles de la thyroïde.

Évaluation d’impact

Le spécialistes ils examineront le mesure dans laquelle les symptômes affectent la vie quotidienne, les relations interpersonnelles, les activités professionnelles ou scolaires.

Durée et temporalité des symptômes

LE Les symptômes devraient être présents dans la plupart des cycles menstruels au cours de l’année e amélioration quelques jours après le début des règles.

Exclusion d’autres causes

Votre médecin éliminera d’autres causes possibles de vos symptômes en veillant à ce qu’ils ne soient pas liés à d’autres conditions médicales ou troubles psychiatriques.

Il est conseillé de consulter des professionnels pour une évaluation approfondie et pour discuter des options de traitement disponibles.

Trouble dysphorique prémenstruel et dépression

Le trouble dysphorique prémenstruel c’est un dépression à part entière : si la dépression est un trouble de longue durée qui peut se manifester sous différentes formes et dans différentes situations, Le PMDD est spécifiquement lié au cycle menstruel et présente des symptômes principalement pendant cette période.

Toutefois, Il est possible que certaines personnes atteintes de TDPM aient des antécédents de dépression ou présentez des symptômes dépressifs même en dehors de la phase lutéale du cycle menstruel.

indéfini

Dans ces cas, Une évaluation approfondie peut être nécessaire pour déterminer si un trouble dépressif majeur est également présent ou autres troubles de l’humeur.

Là diagnostic et le traitement précis nécessitent une évaluation approfondie des symptômes et de leurs effets sur la vie quotidienne de la personne par un professionnel de la santé mentale.

Le gynécologue, Plutôt, évaluera en fonction des antécédents cliniques du patient et des symptômes lié au cycle s’il est indiqué de commencer un traitement estro-progestatif qui régule la structure hormonale du patient.

Laisser un commentaire