Effets fréquents de l’arrêt du port du soutien-gorge : Que se passe-t-il ?

A porter ou à ne pas porter ? C’est une question qui empêche de nombreuses femmes de dormir. D’un côté, le confort, de l’autre, l’apparence, le bien-être et… des raisons de santé. Mais est-il vraiment malsain de renoncer au soutien-gorge ? Que se passe-t-il si nous abandonnons ce vêtement ?

Les seins vont-ils s’affaisser ?

En fait, il n’existe pas d’études scientifiques fiables qui confirment ou infirment fortement cette affirmation. Un chercheur, sur la base d’un suivi de 15 ans de femmes âgées de 15 à 35 ans, a constaté que le port du soutien-gorge peut affaiblir les muscles de la poitrine et favoriser la flaccidité. Ainsi, l’abandon de ce sous-vêtement les « encouragerait » à travailler pour remonter leur poitrine.

Cependant, cette étude n’a pas été évaluée par des pairs et, selon de nombreux experts, elle a été menée sur un échantillon trop restreint pour être considérée comme fiable.

L’abandon du soutien-gorge peut en effet entraîner une diminution du soutien de la poitrine. Cela est dû au ligament de Cooper, qui « s’ancre » autour du tissu mammaire. Selon lui, cela entraîne un plus grand « mouvement » des seins, ce qui se traduit par un relâchement et un affaissement à long terme.

Il est certain que trois facteurs déterminent en grande partie l’affaissement des seins : la prédisposition génétique, l’âge et le poids. Si nos parents avaient une tendance à l’affaissement des seins, il y a de fortes chances que nos seins le deviennent aussi avec le temps.

Lire aussi  Clou de Girofle et Hypertension : Nos Découvertes Surprenantes

Avec le temps, c’est-à-dire avec l’âge, car plus on vieillit, moins le tissu dont sont constitués les seins est élastique et ferme. La conséquence est précisément leur affaissement. Ce processus peut être accéléré si nous sommes aux prises avec des kilos superflus.

Ne risquez-vous pas d’avoir un cancer ?

Le mythe selon lequel les femmes qui portent un soutien-gorge ont un risque plus élevé de développer un cancer du sein est né d’une observation simple mais farfelue. Il a été observé que les femmes qui ne se séparaient pas de leur soutien-gorge étaient plus susceptibles de se voir diagnostiquer un cancer du sein.

Il a été constaté que cela affecte probablement le drainage lymphatique, un processus qui favorise l’élimination des toxines de l’organisme. Si ce processus est entravé par la pression exercée par le port de sous-vêtements, ces substances peuvent s’accumuler dans l’organisme et des cellules cancéreuses peuvent se développer.

Ce qui n’a pas été ajouté, cependant, c’est que la grande majorité des femmes diagnostiquées avaient de gros seins et luttaient contre le surpoids ou l’obésité, qui sont parmi les facteurs les plus importants dans le développement du cancer.

Vous commencez à avoir mal au dos ?

De nombreuses femmes, en particulier celles qui ont une forte poitrine, se plaignent que sans soutien-gorge, leur dos « se détraque. Elles considèrent donc le port d’un soutien-gorge non pas comme un choix, mais comme une nécessité : en soutenant leur poitrine, elles peuvent fonctionner normalement.

Cependant, selon l’Institut de recherche sur la santé des femmes de l’université Northwestern même les fortes poitrines sont rarement une cause majeure de mal de dos. En général, le problème se situe ailleurs.

Lire aussi  Équipement médical en entreprise : Matériel d'urgence et chaises portoirs

Au mieux, il est causé par des sous-vêtements mal ajustés (par exemple un soutien-gorge trop serré), au pire par une lésion musculaire, une lésion du nerf spinal ou l’ostéoporose. Le surpoids, l’obésité et la grossesse contribuent également aux troubles de la colonne vertébrale.

Il existe une exception : le fait de ne pas porter de soutien-gorge pendant l’exercice physique peut entraîner des problèmes posturaux et des douleurs dorsales. La plupart des experts s’accordent à dire qu’il faut porter un soutien-gorge de sport confortable, de préférence sans coutures, pendant l’activité.

Laisser un commentaire