Tout sur le premier traitement préventif contre la bronchiolite : remboursement et efficacité

Le feu vert a été donné par la Haute Autorité de santé pour un premier traitement préventif contre la bronchiolite chez les nourrissons. Il est le fruit d’une collaboration entre AstraZeneca et Sanofi et sera mis à disposition gratuitement pour les bébés de moins d’un an dès septembre.

Les pédiatres et les parents l’attendaient avec impatience : un nouveau traitement préventif pour combattre la bronchiolite chez les enfants en bas âge a été approuvé par la Haute Autorité de santé. Ce produit médical est le résultat d’une collaboration entre le géant pharmaceutique français Sanofi et son homologue britannique AstraZeneca, le traitement se présente sous forme de vaccin.

Malgré son apparence, il ne s’agit pas réellement d’un vaccin mais d’un traitement à base d’anticorps monoclonaux. Autrement dit, plutôt que d’injecter un virus inactivé pour que le système immunitaire du bébé produise ses propres anticorps, cette approche apporte directement les anticorps nécessaires pour le protéger. Cette mesure concerne tous les enfants en dessous d’un an qui vivront leur premier hiver à la fin de l’année.

Réduction de 83% des cas d’hospitalisation

Il s’agit d’une injection unique dans la cuisse procurant une protection rapide contre la bronchiolite pour le nourrisson. Pour ce traitement gratuit, vous pouvez prendre contact avec le pédiatre de votre enfant ou vous rendre à la maternité si votre enfant est né pendant la pandémie hivernale.

Selon les données recueillies lors des essais cliniques, ce traitement permet d’éviter une hospitalisation dans 83 % des cas, ce qui soulage les hôpitaux dont les services pédiatriques étaient précédemment surchargés en raison du grand nombre de cas de bronchiolite. En effet, l’année précédente, près de 75 000 séjours aux urgences ont été recensés et 26 000 enfants de moins de 2 ans ont dû être admis à l’hôpital.

Lire aussi  Carte vitale dématérialisée: Tout savoir sur les départements concernés et l'âge minimum

source originale: europe1.fr

Laisser un commentaire