Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, tempère sur la panique des punaises de lit

La progression constante des infestations par les punaises de lit dans divers lieux publics et domiciles tourmente le public, mais selon Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, cela ne motive pas une « terreur généralisée ».

Dans une déclaration faite mardi dernier, le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, met en garde contre une « terreur généralisée » malgré l’augmentation des punaises de lit, caractérisées comme une « catastrophe » par de nombreux élus. Leurs apparitions se multiplient dans divers lieux fréquentés par le public. Bien que le ministre admette lors d’une entrevue sur France Inter que « quand vous êtes infesté par des punaises de lit, c’est un cauchemar », il estime tout de même qu’il n’y a pas lieu de paniquer outre mesure.

« Exploitation » du côté des pros

Pendant les dernières semaines, la présence de ces nuisibles a été indiquée dans des cinémas, dans des TGV, dans le métro parisien , ou encore dans la salle d’attente de l’aéroport de Roissy, bien que tous ces incidents ne soient pas vérifiés. Aurélien Rousseau, inquiet, met en avant que le public ne se fasse pas tromper par des compagnies qui les facturent 2000 à 3000 euros pour éliminer les punaises, déplorant ainsi des comportements d' »exploitation ». Il désire que le gouvernement s’attaque à la « restriction de ces tarifs » et rappelle 450 à 480 « prestataires agréés » pour cette intervention. Le ministre n’omet pas de souligner que les infestations par des punaises de lit n’ont « aucun lien avec l’immigration ».

Accroissement de résistance aux pesticides

Après avoir disparu du quotidien dans les années 1950, ces petites bêtes ont refait surface dans les pays développés au cours des trente dernières années, principalement en raison des modes de vie nomades, de la préférence pour les biens d’occasion et d’une résistance accrue aux pesticides.

Lire aussi  Aurélien Rousseau avertit : croissance insoutenable des arrêts maladie dans la Sécurité sociale

De la taille d’une graine de pomme, ces nuisibles se nourrissent la nuit, de préférence de sang humain, se camouflent généralement dans les matelas ou sommiers et sont transportées dans les vêtements et les bagages. Pour s’en débarrasser, un nettoyage minutieux de l’endroit touché est essentiel et le recours à un service de lutte contre les parasites specialisé est souvent requis.

Laisser un commentaire