Botulisme : Dizaine de cas de cette grave affection neurologique rare, dont un mortel

Un mort a été rapporté parmi une série d’une dizaine de personnes souffrant de botulisme après avoir consommé des conserves de sardines faites maison dans un restaurant Bordelais durant la semaine écoulée. Ce syndrome est une affection neurologique grave et rare causée par le Clostridium botulinum, une bactérie productrice d’une toxine extrêmement puissante.

Causé par une bactérie qui génère une toxine redoutable, le botulisme est une maladie neurologique lourde qui entraîne la mort dans environ 5% à 10% des cas. Selon l’Institut Pasteur, de mauvaises méthodes de conservation des aliments peuvent favoriser le développement de cette toxine. Le plus souvent, le botulisme résulte d’une contamination alimentaire.

Le clostridium botulinum (C. botulinum) est la bactérie incriminée dans le botulisme. La maladie est causée par une très puissante toxine produite par cette bactérie. A l’heure actuelle, sept types de botulisme sont reconnus, dont quatre (A, B, E et parfois F) affectent l’humain.

Du début à l’apparition de la maladie : le botulisme peut évoluer en quelques heures ou jours

Dans l’Hexagone, le botulisme n’est pas fréquent : on compte en moyenne depuis 1980 entre 20 et 30 sources de contamination par an, généralement affectant entre un et trois patients. Dans la plupart des cas, l’origine de la maladie est une intoxication alimentaire due à la consommation de conserves artisanales, familiales, ou de produits industriels insuffisamment stérilisés (charcuteries, conserves…).

Des formes de botulisme plus rares (infantile causé par la colonisation des intestins par le C. botulinum, ou par blessure suite à la contamination d’une plaie par ce même agent pathogène) peuvent également être observées. Les symptômes de la maladie apparaissent en quelques heures ou jours selon le moyen de contamination utilisé par la bactérie.

Lire aussi  Anticorps potentiel améliorant l'efficacité des traitements du cancer, selon le CNRS

Symptômes ? problèmes oculaires, sécheresse buccale et troubles de l’élocution…

Généralement, les personnes qui ont consommé les mêmes produits alimentaires contaminés manifestent des symptômes similaires, quoique de gravité variable. Les premiers signes cliniques sont souvent des atteintes oculaires (difficulté à voir net, vision brouillée), une bouche sèche, des problèmes pour avaler ou prononcer des mots.

Dans les cas les plus sévères, une paralysie descendante des membres et une insuffisance respiratoire peuvent apparaître. C’est cette dernière qui cause le plus souvent le décès, explique l’Institut Pasteur.

Une prise en charge rapide permet une guérison complète dans la plupart des cas

Les mesures thérapeutiques ciblent les symptômes, visant à en réduire la gravité. Pour les patients les plus touchés, des soins respiratoires intenses avec assistance ventilatoire sont nécessaires. Une injection d’antitoxine botulique aux premiers stades de la maladie peut réduire le temps d’hospitalisation, note Santé Publique France.

Dans la majorité des cas, une prise en charge médicale rapide permet une guérison sans aucune séquelle, bien que le traitement et la convalescence puissent s’étaler sur plusieurs mois, précise l’organisme de santé.

A Bordeaux, 10 patients fréquentant le même restaurant (Tchin Tchin Wine Bar) du lundi 4 au dimanche 10 septembre ont présenté des symptômes de botulisme. Les autorités de santé conseillent à ceux ayant mangé dans cet endroit durant cette période de consulter de toute urgence un médecin, ou de joindre le 15 en mentionnant qu’ils pourraient avoir contracté le botulisme, s’ils présentent des signes de la maladie.

source originale: europe1

Laisser un commentaire