Changement de rythme sommeil à la rentrée : impact sur votre microbiote intestinal

La fin des congés signifie le retour à la routine. Modifier nos horaires de couché et de réveil​​ peut cependant peser sur notre bien-être. Une recherche originaire de l’Angleterre déclare que retarder ou avancer son horaire de coucher et de lever bouscule notre flore intestinale, engendrant un « dérèglement social chronobiologique ». Europe 1 vous instruit sur ce sujet et comment prévenir les contrariétés.

Le reprise du travail signifie également le retour à la routine. Adieu grands matins au lit, petite sieste post déjeuner ou dîners tardifs. C’est essentiel, comme l’expose une recherche britannique parue récemment dans The European Journal of Nutrition. C’est même indispensable, car même un minuscule décalage de nos habitudes s’avère assez pour perturber notre flore intestinale, terme plus élégant pour parler du « dérèglement social chronobiologique ».

Importance de la flore intestinale pour notre bien-être général

Modifier son cycle nocturne d’1h30 seulement entre les jours de la semaine et le week-end est suffisant pour perturber la flore intestinale, qui est primordiale pour notre bien-être global. C’est une conclusion des chercheurs après avoir étudié des personnes qui se couchent et se réveillent plus tard durant le week-end.

« On décèle des variations sur certaines bactéries intestinales qui tendent à être plutôt reliées à des fonctions négatives ou des bactéries à caractère pro-inflammatoire », précise Benoît Chassin, directeur de recherche à l’Inserm.

Ce résultat est cependant à prendre avec des pincettes, car les gens qui ajustent leurs temps de sommeil sont généralement plus jeunes, ont une nourriture moins équilibrée… Des aspects qui peuvent aussi troubler la flore intestinale. « Cette étude est essentielle, néanmoins il y a besoin d’un approfondissement.

Lire aussi  Les émotions d'un homme lorsqu'il embrasse : Souvenirs, sentiments et désir d'intimité

Pour établir un lien entre le ‘dérèglement social chronobiologique’ et la modification de la composition de la flore intestinale, ainsi pour comprendre comment ces modifications peuvent impact la santé humaine, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir », reprend le chercheur.

Malgré cela, la régularité dans le sommeil est un élément crucial pour le bien-être de nos intestins. Le mieux serait de ne pas altérer notre rythme entre les jours de la semaine et le week-end.

source originale: europe1.fr

Laisser un commentaire