Intelligence artificielle: Des tétraplégiques pourront bouger à nouveau

Le potentiel de l’intelligence artificielle dans le domaine médical se concrétise de plus en plus, particulièrement en offrant l’espoir aux tétraplégiques de recouvrer leur mobilité. Grâce à la pose d’électrodes sur des zones spécifiques de leur cerveau, ces patients pourraient être capables de bouger à nouveau. Les experts à la pointe de ces recherches préparent le lancement d’un nouvel essai clinique visant à restauration de la fonctionnalité des bras et des mains.

Il y a quelque temps, un homme, paraplégique, réussissait à se rendre à pied après un passé de douze ans confiné dans un fauteuil roulant. Voici maintenant qu’en s’appuyant sur la technologie d’intelligence artificielle, les chercheurs organisent un nouvel essai clinique visant à restaurer, cette fois, l’usage des mains et des bras pour des personnes atteintes de tétraplégie.

En procédant à la pose d’électrodes sur les régions cérébrales responsables du commandement du mouvement des bras et des mains, chaque pensée de mouvement du patient génère des signaux électriques. Ici, l’intelligence artificielle prend le relais, décryptant chaque signal pour le convertir en une action motrice.

La mise en place d’une interface cerveau-machine

« Pour chaque patient testé, nous devons développer un modèle spécifique qui identifie les particularités du signal électrique de son cerveau. En demandant, par exemple, au patient de « penser » à bouger son bras, nous enregistrons le signal cérébral correspondant à ce mouvement envisagé. C’est de cette trajectoire qu’est décodé le mouvement virtuel, en temps réel, à partir du modèle », explique Guillaume Charvet, le chef de projet en charge de cette interface cerveau-machine.

Lire aussi  Risques de l'alcool sur les futurs bébés : mauvaise connaissance des Français dès le premier verre

En pratiquant régulièrement avec l’interface cerveau-machine, le patient compile ces données fournies par l’intelligence artificielle, ce qui lui permet, de fait, de créer les informations nécessaires au calculateur pour « traduire » les pensées en mouvements, et, ultimement, de réinstaurer le mouvement.

Laisser un commentaire