Nouveau traitement Alzheimer: réduction possible de l’avancée de la maladie

Aux États-Unis, un nouveau traitement contre la maladie d’Alzheimer verrait peut-être le jour dès cette année. Les conclusions d’une étude clinique à ce sujet sont extrêmement encourageantes. De fait, ce traitement administré dans les premiers stades de la maladie permettrait d’amoindrir d’approximativement 35% la régression cognitive et fonctionnelle.

Dans le cadre de la lutte acharnée contre Alzheimer, se profile une nouvelle lueur d’espoir. Effectivement, au terme de leur recherche, une équipe de scientifiques suggèrent avoir mis la main sur une molécule qui pourrait contrecarrer la dégénérescence des capacités intellectuelles.

Leur phase d’essais cliniques de troisième niveau, ultime étape avant la commercialisation, a rendu des conclusions hautement prometteuses, comme le déclare la revue de renom JAMA. Ainsi quisait, ce moyen thérapeutique pourrait éventuellement être autorisé en terre américaine dès cette année.

Cela revêtirait un pas significatif dans l’histoire du combat contre Alzheimer.

Plus de 7 mois de lutte gagnés contre le développement de la maladie

Le traitement a réussi à aténuer de 35% l’aggravation des compétences fonctionnelles et mentales chez les patients préalablement à un stade ancien de la maladie, connu aussi comme la capacité de réalisation des activités journalières ordinaires. En d’autres termes, avec le Donanemab, on peut avancer que les patients ont gagné approximativement sept mois et demi dans la progression régulière de la maladie.

Selon Maï Penchal, travaillant pour la fondation « Vaincre Alzheimer », le médicament est administré sous forme de perfusion pendant environ un an et demi. « Cet anticorps dans le système sanguin voyage jusqu’au cerveau en direction des plaques amyloïdes, résidus toxiques caractéristiques au cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Par conséquent, cet anticorps possède la capacité de purifier le cerveau de ces plaques amyloïdes. »

Lire aussi  Foodwatch enquête sur le marketing de malbouffe ciblant les enfants

Cependant, ce traitement peut causer des problèmes sanitaires sévères, incluant des œdèmes ou hémorragies au cerveau. Selon l’étude, il y aurait eu trois morts parmi les participants à l’essai clinique liées au traitement. De plus, si les autorités américaines autorisaient le Donanemab, cela ne pourrait bénéficier qu’aux patients atteints d’Alzheimer qui sont à un niveau initial de la maladie.

Laisser un commentaire