Traitement contre l’addiction au cannabis bientôt disponible?

Pour combattre la dépendance au cannabis, une thérapie, mise au point aux États-Unis, réduirait les effets de cette drogue tout en réprimant le désir de la consommer. En Amérique, des tests sont en cours pour établir les dosages qui pourraient être bénéfiques pour 300 patients.

Est-ce que le remède à la dépendance au cannabis est proche ? Le désespoir a surgi suite à la divulgation des conclusions de la phase 2 d’un essai clinique visant à évaluer son utilité chez des patients ayant des problèmes de consommation de cannabis dans Nature Medicine. Jusqu’à présent, aucune cure ni aucun remplacement (comparable à la nicotine pour le sevrage du tabac) n’existe. Le traitement aurait non seulement pour effet d’atténuer les conséquences du cannabis, mais aussi de réduire le désir de s’en procurer. En Amérique, des essais sont menés actuellement pour définir quelle quantité pourrait être efficace pour 300 participants. En pratique, comment se présente ce traitement ?

Entraver l’ingestion du THC

AEF 01 17 est la toute première cure qui diminue l’impact d’un récepteur, responsable de la dépendance au cannabis dans le cerveau, sans en perturber les fonctions. « Cette cure présente une particularité. En effet, elle va inhiber le récepteur CB1. Elle va priver l’ingestion du THC, sans pour autant le bloquer entièrement, car ces récepteurs sont utiles dans plusieurs domaines dans l’organisme, en matière d’humeur et de mémoire. Il n’est donc pas conseillé de les supprimer entièrement », met en lumière Ketty Deleris, experte en tabacologie ainsi qu’en addictions.

L’effet euphorique de la drogue est donc limité. De ce fait, les consommateurs éprouvent moins le besoin d’en prendre. « La nouveauté réside également dans le fait que nous n’observons pas tous les effets présents en cas de sevrage au cannabis habituellement, où il est possible de noter des angoisses et des perturbations du cycle de sommeil », souligne cette experte. Grâce à ce traitement, les médecins pourraient prévenir la prescription d’anxiolytiques ou de somnifère pour traiter les résultats liées à l’abstinence au cannabis.

Lire aussi  Étude: Près d'un tiers des hommes touchés par le papillomavirus humain dans le monde

source originale: europe1.fr

Laisser un commentaire