Pogba Affaire: Effets de la testostérone sur les sportifs et sa définition

Paul Pogba, joueur international de nationalité française à la Juventus de Turin, a reçu une suspension temporaire à la suite d’un test antidopage positif pour la testostérone, une hormone liée à la sexualité et à la fertilité masculines qui est également une substance prohibée par l’Agence mondiale antidopage. Qu’est-ce alors que cette testostérone et pourquoi des athlètes auraient-ils recours à son usage ?

Après avoir été testé positif pour la testostérone, le joueur français de la Juventus de Turin, Paul Pogba, a reçu une suspension temporaire en début de semaine. En tant qu’hormone sexuelle et de fertilité masculine, c’est une substance qui est interdite par l’Agence mondiale antidopage, mais qui est souvent utilisée par des athlètes pour améliorer leur performance. Quelles sont les raisons de cette utilisation ?

C’est quoi la testostérone ?

« La testostérone est essentiellement une hormone masculinine, 90% d’origine testiculaire et 10% produites par les glandes surrénales, bien que les femmes en produisent également », informe l’AFP Antoine Faix, urologue et andrologue à Montpellier. « C’est l’hormone de la vigueur physique, mentale, et évidemment sexuelle ». Elle fait également partie d’un groupe d’hormones appelées androgènes.

Quelle est sa fonction ?

Durant la puberté, elle facilite l’émergence de particularités masculines spécifiques telles que la croissance du système pileux et des organes génitaux. Elle est requisite pour la fabrication des spermatozoïdes et pour faire naître la libido.

En somme, c’est l’hormone de la fertilité et de la sexualité chez l’homme. Elle encourage également la croissance musculaire, ce qui justifie son utilisation répandue dans le dopage des sportifs. On l’appelle ainsi un anabolisant en raison de sa façon d’assimiler les protéines.

Lire aussi  Katalin Kariko, la biochimiste derrière l'ARN messager, lauréate du Prix Nobel de médecine

Pourquoi la prescrire ?

Même si cette hormone est naturellement produite par le corps, elle peut aussi être délivrée de façon « exogène ». Il peut être conseillé de réaliser une analyse de la testostérone chez l’homme en cas de suspicion d’un dysfonctionnement des glandes sexuelles. « En général, on la prescrit médicalement quand on en manque, donc généralement aux hommes d’un certain âge ou à des jeunes hommes qui ont subi un cancer du testicule, ou qui sont atteints de diabète », précise le Dr Faix. Plus rarement, la testostérone est utilisée comme un contraceptif occasionnel en association avec une autre hormone.

Qu’est-ce que les sportifs recherchent en l’utilisant ?

« La testostérone facilite la production de masse musculaire mais elle permet également d’accélérer la récupération musculaire », affirme à l’AFP Michel Audran, professeur émérite de biophysique à l’université de Montpellier et ancien directeur de laboratoire antidopage français.

Elle est aussi un psychostimulant : elle renforce la détermination et l’aspiration à réussir du sportif. De fait, c’est « l’une des substances les plus utilisées par les sportifs souhaitant se doper », souligne M. Audran. Pour améliorer ses performances sportives, la testostérone peut être ingérée sous forme de capsule à avaler, poussée avec un gel transdermique, ou, tout simplement, injectée directement dans un muscle grâce à une seringue.

Est-ce interdit ?

La testostérone est répertoriée comme un produit dopant et est interdite par l’organisme AMA (Agence mondiale antidopage) qui l’a classée en tant que « stéroïde anabolisant androgénique ». Dans le cas de Paul Pogba, une enquête devra être menée pour déterminer, suite à son test antidopage positif à la testostérone, s’il y a eu ou non injection volontaire.

Lire aussi  Mutuelle santé pour policiers : qu’a-t-elle de particulier ?

Selon Michel Audran, la testostérone est « au sommet des substances dopantes » car elle est « extrêmement compliquée à déceler » : « il est difficile d’établir la différence entre celle qui est produite par l’organisme et celle introduite par un médicament ». Cependant, la réalisation de prélèvements de cheveux peut révéler si le sujet avait un usage régulier de la substance ou non, ajoute-t-il.

Laisser un commentaire